C’est lors d’un débat, le 15 janvier 2019 au Sénat, sur la programmation pluriannuelle de l’énergie, que François de Rugy a levé le voile sur les mesures en cours de conception visant à dynamiser la rénovation énergétique. Le ministre de la Transition écologique et solidaire a ainsi annoncé le lancement en 2019 d’un dispositif concret : « La chaudière à un euro, pour les ménages les plus modestes, grâce aux certificats d’économies d’énergie (CEE) qui financeront le changement de chaudière. »

Les dispositifs de rénovation « pas encore à la bonne échelle »

Cet outil fait visiblement partie d’une série de mesures concoctées en partenariat avec Julien Denormandie, ministre du Logement, qui seront annoncées prochainement. « Nous devons aider les Français à maîtriser leurs factures d’énergie », a-t-il expliqué. « Or, en termes de rénovation des logements, les dispositifs locaux et nationaux ne sont pas encore à la bonne échelle », a-t-il également assuré.

Reprenant l’exemple de Bordeaux, où Alain Juppé n’a apparemment pas atteint ses objectifs en la matière alors même que les moyens financiers étaient sur le table (seulement 3.000 rénovations sur un objectif de 9.000 par an). « Il faut plus de grands dispositifs à plus grande échelle », constate François de Rugy. « Faudrait-il installer un ou plusieurs opérateurs nationaux qui réaliseraient les 500.000 rénovations annuelles que nous visons, avec une priorité sur les passoires thermiques et les ménages les plus modestes ? »

Article paru dans Batiactu le 17 janvier 2019