Mercredi 17 octobre, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), publie les résultats d’une enquête sur les travaux de rénovation énergétique dans les maisons individuelles.

L’étude publiée ce mercredi par l’Ademe et intitulée « Tremi » (Travaux de rénovation énergétique des maisons individuelles), a été menée auprès de 29.253 ménages, en France continentale, « et ayant achevé en 2016 des travaux de rénovation lancés entre 2014 et 2016 », est-il précisé.

Cette étude fait état de 5,1 millions de ménages qui ont réalisé des travaux de rénovation entre 2014 et 2016, pour un coût moyen de 11.750 euros. « La principale motivation des ménages est le confort offert grâce aux travaux de rénovation, pour avoir plus chaud (ou plus frais l’été), pour être plus au calme, pour réguler le taux d’humidité dans le logement ou simplement pour l’embellir », relève l’Ademe. Vient ensuite la réduction de la facture énergétique grâce à une diminution des consommations d’énergie. Les travaux sont en majorité des travaux d’isolation sur les ouvertures, la toiture et les murs et le chauffage. « La ventilation reste le parent pauvre des travaux de rénovation », remarque l’Ademe.

30% des travaux ont un impact énergétique

Dans 83% des cas, les Français sont satisfaits des travaux qu’ils ont réalisé. Ils estiment avoir « amélioré le confort thermique de leur logement ». L’étude souligne qu’en revanche, « sur ces 5,1 millions de rénovations, 25% ont un impact énergétique (saut de 1 classe énergétique) et seulement 5% présentent un impact énergétique important (saut de 2 classes énergétiques ou plus) ».

L’enquête de l’Ademe révèle également que les ménages font peu appel à des conseillers énergétiques, et que 60% ont bénéficié d’aides financières.

Article paru dans Environnement magazine le 17 octobre 2018