Rabot-Dutilleul a posé la première façade isolante du projet EnergieSprong visant à transformer dix logements Vilogia classés E en habitations E=0 (autant d’électricité produite que consommée). Cofinancé par l’Europe, ce programme, né aux Pays-Bas, vise à massifier les rénovations énergétiques pour en faire baisser le coût.

Dix minutes chrono: c’est le temps qu’il a fallu aux quatre compagnons de Rabot-Dutilleul pour venir plaquer une nouvelle façade isolante sur le mur de briques d’une maison Vilogia, au 46 rue Védrines à Hem (Nord). Classée en étiquette énergétique E, cette habitation construite dans les années cinquante a été retenue avec neuf autres du même lotissement pour servir de démonstrateur au projet EnergieSprong, un programme européen visant à industrialiser la réhabilitation énergétique pour en réduire le coût.

Lancée en 2013 aux Pays-Bas, cette méthode de rénovation vise à industrialiser les travaux en amont afin de réduire la phase de chantier. Façades et toitures sont fabriquées en atelier avant d’être posées in situ en un temps record. Grâce à cette technique la durée de chantier passe de huit mois habituellement à trois semaines. En Hollande, 1 500 maisons ont déjà été rénovées de cette manière.

Les façades à isoler sont d’abord scannées en 3D. A partir de ce relevé, une nouvelle façade isolante est fabriquée en atelier. Sur place, une longrine en béton est coulée au pied de la maison pour supporter la nouvelle façade. L’ancienne toiture est déposée et la charpente mise à nu avant d’être isolée puis recouverte de panneaux photovoltaïques. La très haute performance est obtenue grâce à une excellente isolation thermique (triple vitrage, étanchéité à l’air et traitement des ponts thermiques) associée à une pompe à chaleur sur air extrait et une ventilation double flux.

Le projet développé à Hem par Vilogia est un marché de conception-réalisation-exploitation-maintenance (Crem) sur 25 ans. Après un dialogue compétitif regroupant trois candidats (Rabot, Bouygues, et Eiffage) entre janvier et mai 2017, c’est le groupe Rabot-Dutilleul Construction qui a été retenu. Les modules de façades sont fabriqués dans sa filiale Smart Module Concept, installée au port fluvial de Lille.

La démarche EnergieSprong bénéficie d’une aide importante de l’Europe, via le projet Transition Zéro du programme Horizon 2020, qui permet d’absorber le surcoût. La réhabilitation en classe énergétique E=0 revient à 120 000 euros par maison contre 70 000 euros pour une rénovation traditionnelle. Le différentiel de 500 000 euros a été pris en charge par les fonds Interreg Nord-Ouest.
Grâce aux nouvelles performances énergétiques de leur logement, les locataires verront leur facture d’électricité diminuer de 60%. Leur loyer ne sera pas augmenté. En revanche, l’électricité produite par les panneaux photovoltaïques sera vendue à EDF et encaissée par Vilogia.

La philosophie d’EnergieSprong vise à associer les locataires dès le lancement du projet pour que les différentes étapes se déroulent au mieux. La diminution très importante du temps de chantier facilite l’acceptation des travaux. Après rénovation, ils sont accompagnés durant un an pour se familiariser avec une nouvelle façon d’habiter les lieux (maintenance de la ventilation, monitoring des installations de chauffage et de refroidissement).

En France, une autre expérimentation va démarrer à Longueau sur 12 maisons du bailleur ICF Habitat avec le groupement Bouygues. Des projets similaires sont également menés au Royaume-Uni et au Luxembourg, l’objectif étant d’atteindre une masse critique pour faire baisser les coûts de rénovation. En Hollande, la mise en chantier de 1 000 maisons en cinq ans a permis de réduire les coûts de 50%. Vilogia a programmé 500 rénovations EnergieSprong sur cinq ans.

 

Article paru dans le Moniteur le 23 février 2018