Le constat est sans appel : aujourd’hui, le secteur des bâtiments résidentiels et tertiaires grignote plus de 45 % de la consommation globale d’énergie. Pour faire face aux enjeux écologiques et urbains, le smart building trouve sa voie petit à petit, au service d’un secteur en pleine mutation.

Le smart building, ou comment créer l’énergie positive :
Il ne s’agit pas uniquement d’optimiser la consommation d’énergie, mais de garantir la sécurité et le confort des utilisateurs en tenant compte des réglementations actuellement en vigueur. Dans ce contexte, le smart-building s’impose telle une évidence, avec une évolution obligatoire du secteur de l’urbanisation impliquant autant le consommateur que les prestataires économiques, immobiliers et autres exploitants. Probablement, il s’agit là d’une révolution d’envergure depuis l’avènement de l’informatique. Les enjeux sont multiples : améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments ainsi que la sécurité et le confort tout en réduisant la consommation énergétique.

Quelles tendances en 2017 pour la construction ?
Il apparaît clair que les acteurs de l’immobilier doivent se préparer à plusieurs mini-révolutions. En premier lieu, environ un tiers d’entre eux changeront de contrat pour adopter une tarification qui se base sur la performance, d’ici 5 ans. Pour cela, les nouvelles technologies permettent aux entreprises d’accéder à des outils d’analyse et des indicateurs de performance leur permettant de se tourner vers des modèles de tarification optimisés. Toujours dans le secteur technologique, l’autonomie gagne progressivement le secteur avec des travaux qui seront d’ici 5 ans réalisés par des robots pour au moins 25%. Une solution évidente pour les chantiers complexes ou pour les tâches très répétitives. Autre changement d’envergure, la généralisation de l’impression 3D et de la construction modulaire, offrant non seulement des économies de coût mais aussi la possibilité de réduire considérablement les niveaux de pollution sonore et pollution de l’air.

L’utilité du Building Information Modelling
La France se prépare à suivre la réglementation européenne d’ici 2020, stipulant que tous les nouveaux bâtiments construits ne peuvent pas produire plus d’énergie qu’ils n’en consomment. Le BIM devient donc « un élément incontournable pour apporter des solutions de confort et de sécurité » ainsi qu’un suivi de la vie du bâtiment. Plus qu’un support technique, le BIM permet de solutionner de façon instinctive tous les problèmes liés à la construction mais surtout à l’exploitation du bien immobilier, dont les coûts représentent 80 % (contre 20 % seulement en comparaison avec la construction).

Article publié dans Batiactu le 19/06/17